Les Echos -19/06/2012- SOS Entrepreneur rompt la solitude du patron en difficulté

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Les Echos - 19/06/2012
par NICOLE BUYSE

Cette association qui compte sur plus de 200 chefs d’entreprise a déjà aidé une vingtaine de sociétés en difficulté dont presque la moitié est en cours de sauvetage.

C’est parce qu’il a perdu son entreprise après dix-huit mois de redressement judiciaire que Bruno Delcampe, qui estime avoir perdu là vingt ans de sa vie, a créé en mars 2011 SOS-Entrepreneur à Marcq-en-Baroeul (Nord). « Aujourd’hui, il y a en France un dépôt de bilan toutes les deux minutes. Et, sur ces entreprises, 90 % vont finir en liquidation alors que 40 % des entreprises en redressement judiciaire ont un modèle économique viable » , juge-t-il. Selon lui, beaucoup de chefs d’entreprise ne connaissent ni la loi de sauvegarde de 2005 qui permet des aménagements avant d’aboutir au redressement, ni la conciliation ou le mandat ad hoc. « Les patrons de PME sont souvent de super techniciens, mais pas toujours de bons gestionnaires, ce qui se complique en période de crise. Malheureusement, beaucoup n’ont pas les moyens de se faire aider et tirent la sonnette d’alarme souvent trop tard » , regrette Bruno Delcampe. SOS-Entrepreneur soutenue par plus de 200 entreprises, dont certaines au sein d’un comité de pilotage, met à disposition un numéro de téléphone disponible 24 heures sur 24, une ligne confidentielle. Au vu de l’entretien téléphonique suit un rendez-vous d’urgence dans les huit heures et, en fonction du dossier, un accompagnement qui va d’une demi-journée à une journée par semaine pendant trois à six mois. A ses débuts, SOS-Entrepreneur faisait appel à des chefs d’entreprise en retraite pour cet accompagnement d’urgence. Mais, devant l’ampleur de la tâche, l’association a maintenant recours à des professionnels formés à cet accompagnement, qui ont eux-mêmes été chefs d’entreprise et confrontés à des difficultés, rémunérés par une bourse de solidarité. « L’essentiel est de casser la solitude du chef d’entreprise, de lui donner un bras droit pendant trois à six mois qui, sur les plans à la fois humain et technique, va l’aider à réfléchir, à remettre en cause les méthodes du passé, peut-être à mettre en place une nouvelle organisation et si l’activité n’est pas pérenne à en recréer une autre qui sauvera les emplois » , explique Bruno Delcampe. L’association a déjà aidé une vingtaine d’entreprises en difficulté. De cinq à sept sont en cours de sortie de redressement et n’ont pas fermé. L’une d’elle va même doubler son effectif car, d’un rayonnement local, elle s’est réorganisée et va vendre sur l’ensemble du territoire. « Quand on est en en difficulté, on est angoissé et on se retrouve comme un disque rayé. Un oeil extérieur amène de l’oxygène pour trouver cette capacité à réinventer les choses » , ajoute le fondateur de l’association. Celle-ci a déjà été sollicitée pour essaimer ailleurs en France. Mais elle préfère avant cela consolider ses positions dans le Nord - Pas-de-Calais. Elle cherche notamment des mécènes pour alimenter son fonds de solidarité.

www.sos-entrepreneur.org

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »